Accueil > Productions > Thèses soutenues > Thèses soutenues en 2019

Soutenance de thèse de Zemmour Amar

par Valérie PLOUVIN - publié le

Zemmour Amar Doctorant LOG ULCO soutiendra sa thèse intitulée :
Étude de l’évolution des littoraux dunaires de la Côte d’Opale à différentes échelles de temps : analyse de leur capacité de régénération post-tempête

Date : 25 juin 2019

Lieu :Salle de conf à la MREN à Wimereux

Jury :
Directrice de thèse
M. H. Ruz

Président du jury :
A. Héquette

- Yacine Hemdane
- Hervé Regnauld
- Yvonne Battiau-Queney
- Alain Hénaff.

Les rapporteurs :
- Yacine Hemdane
- Hervé Regnauld

Résumé :
Les dunes côtières constituent un des éléments fondamentaux de la dynamique des systèmes côtiers sableux. Leur stabilité dépend essentiellement de leur capacité à résister aux effets des tempêtes et à se reconstituer après l’érosion. Dans le contexte actuel du changement climatique, la probable hausse du niveau de la mer devrait affecter considérablement les systèmes côtiers et de surcroît augmenter la vulnérabilité des cordons dunaires à l’érosion.L’objectif principal de cette thèse est d’étudier l’évolution des littoraux dunaires de la Côte d’Opale en adoptant une approche à plusieurs échelles de temps afin d’évaluer leur capacité de résistance et/ou de régénération face aux événements tempétueux. A long terme, l’étude de l’évolution du trait de côte sur près de 68 ans, à partir de photographies aériennes orthorectifiées, a révélé que plus de la moitié des littoraux dunaires de la Côte d’Opale sont stables ou en accumulation et possèdent donc une bonne capacité de résilience, malgré les nombreuses tempêtes ayant affecté ce littoral depuis le début des années 50. L’analyse de leur évolution sur un pas de temps de 5 ans a mis en évidence une forte variabilité spatiale et temporelle directement liée aux forçages météo-marins, notamment aux épisodes tempétueux associés à des hauts niveaux d’eaux. A moyen et court termes, des levés topographiques LiDAR et des mesures in-situ, couplés aux données météorologiques et hydrodynamiques, ont révélé une réponse morphologique différente entre des secteurs dunaires adjacents. Celle-ci est liée à la variation des paramètres morphologiques (altitude de pied de dune, largeur et volume du haut de plage) au cours des périodes étudiées. Les résultats montrent également que les processus de régénération peuvent être très longs sur nos sites d’étude, ce qui suggère que les dunes cotières qui, jusqu’à présent étaient relativement stables, risquent de connaître des épisodes d’érosion plus fréquents avec l’élévation contemporaine du niveau de la mer.